NON à la Privatisation de la cantine à Corbeil-Essonnes !

Déjà le 15 novembre dernier, lors de la présentation de la délibération pour statuer sur le lancement de la DSP, les élus de l’opposition avaient voté CONTRE.
Nous n’avons pas changé d’avis M. le Maire. Comment pouvez-vous confier au privé un secteur aussi important qu’est la cantine scolaire ? La ville a tout son rôle à jouer dans le domaine de l’éducation. L’école c’est la République ! Vous la délaisser en agissant ainsi !

Nous sommes contre car la ville ne fera pas d'économie si on considère le coût global d'un repas !
Vous présentez un compte d'exploitation de la société Sodexo. Il suffit de diviser le coût global annuel par le nombre de repas pour se rendre compte que l'entreprise ne rentre pas dans ses frais avec des repas dont le coût de revient est réellement de 5,09€ alors que la grande majorité des tarifs actuels sont inférieurs à ce chiffre ? Comment est ce possible ?  Pouvez-vous nous dire M. le Maire, quel est actuellement le coût total du repas pour la municipalité ? Et quel sera-t-il avec la DSP ?
Monsieur le maire, si vous voulez faire la preuve que la ville va faire des économies, il faut nous transmettre ces informations qui ne figurent pas dans votre dossier !

Il y a de quoi douter davantage quand on constate dans la DSP que la commune conserve à sa charge 17 éléments dont le renouvellement immobilier et l’énergie (électricité, eau, gaz…) … où est l’économie globale pour la ville ?

Nous sommes contre car vous n'apportez aucune garantie sur le reclassement du personnel ! : aucunes précisions à long terme ni à court d’ailleurs pour l’avenir du personnel cantine, notamment pour les contractuels qui sont dans l'incertitude la plus totale ! Des entretiens individuels devaient se faire qu’en est-il ? Comment pouvez-vous M. le Maire présenté une délibération alors même que l’avenir du personnel cantine n’est pas fixé ? Oui je sais vous avez l’habitude de « nous faire voter et ensuite on verra ».

Nous sommes contre car votre politique de développement durable est une tartuferie ! : les repas sont confectionnés à Dreux, soit à plus de 100 km de Corbeil-Essonnes. Le bilan carbone de votre décision est catastrophique ! Quand aux 20% de bio dans les assiettes ou l'augmentation des produits frais : la DSP prévoit qu'elle aura pour conséquence une augmentation des tarifs !

Permettez moi de douter de la pertinence du choix de la société  SODEXO qui a déjà en charge la confection des repas et dont le bilan est plutôt inquiétant : bouts de verre dans les repas, intoxication de 4 enfants, quantités minimales : beaucoup d’enfants ont faim à la fin des repas…

Monsieur le maire, privatiser le service de restauration municipale est le reflet de votre vision dogmatique de la gestion des services publiques. Vous n'avez de cesse de transférer votre responsabilité aux sociétés privées pour transformer la gestion et les frais de personnels en frais de prestations extérieures !

Monsieur le maire, d'autres solutions sont possibles ! Des solutions compatibles avec la réalisations d'économies, l'amélioration de la qualité des repas, la proximité de l'approvisionnement et une gestion plus humaine des personnels municipaux.

Puisque je découvre avec joie que vous êtes devenu depuis peu un fervent partisan de l'intercommunalité et que vous en appréciez le fonctionnement collégial, je vous invite à vous inspiré de vos voisins. Ils sont nombreux à avoir fait le choix d'une cuisine centrale sur place maîtrisant ainsi tous les aspects de la restauration dans l'intérêt des habitants.

Vous pourriez même être innovant et imaginatif pour une fois en proposant la mutualisation de ce service avec d'autres villes voisines ! Vous pourriez ainsi faire des économies sans engraisser un grand groupe privé !

 

 

 

 

 

Le harcèlement, c'est l'affaire de tous !


Le phénomène ou plutôt le fléau qu’est le harcèlement existe depuis de nombreuses années. On en parle parfois, mais la plupart du temps il est ignoré. Les Norvégiens ont été les premiers à prendre en compte cet épineux problème, depuis le début des années 80. En France, il aura fallu attendre 2011 pour commencer à parler de violences scolaires. Mais c’est surtout en 2014, avec l’action courageuse et pragmatique de la ministre de l’éducation     Najat Vallaud-Belkacem que les lignes ont enfin commencé à bouger !

Une campagne de sensibilisation a été réalisée tout récemment. Un concours au niveau national «le prix "Non au harcèlement" », un numéro d’urgence, un site « halte au harcèlement » et une journée nationale de sensibilisation ont été mis en place. Une loi a vu le jour. Elle punit le harcèlement scolaire et le cyber harcèlement qui sont considérés comme une circonstance aggravante. Toutes ces mesures sont venues renforcer la lutte contre ce problème et sensibiliser les différents acteurs : les enseignants, les parents et les élèves !

 

Un élève sur dix est victime de harcèlement scolaire aujourd'hui en France !  Rumeurs, insultes, humiliations, mises à l'écart, racket, sexisme, homophobie, racisme et même coups.... tout peut être prétexte au harcèlement et souvent tous ces exemples de violences s’imbriquent les uns aux autres.

Le harcèlement scolaire se définit comme étant une violence répétée, qui peut être verbale, physique ou psychologique. C'est un rapport de domination imposé par un ou plusieurs agresseurs face à un autre élève qui n'a pas les ressources personnelles nécessaires pour se défendre.

Les garçons en sont souvent les victimes, mais sont aussi plus nombreux parmi les agresseurs. Si les violences sont plus abondantes en primaire, elles ne sont pas de la même nature que celles vécues au collège.

Le harcèlement est perfide et peut parfois être difficile à détecter ! Le harcèlement, grâce aux nouvelles technologies ne s’arrête plus à la grille de l’école ou du collège, mais se poursuit jusque dans la chambre de l’enfant et peut conduire à des situations dramatiques.

Tous les acteurs de l'éducation ont un rôle majeur à jouer pour détecter un élève en détresse. Les frontières entre école et maison étant devenues poreuses. Les parents, représentés par la FCPE91 veulent prendre une part active dans la campagne de sensibilisation et de lutte contre le harcèlement et les violences scolaires dans leur ensemble !

 

Mes voeux pour 2017 (dim., 08 janv. 2017)
Chers concitoyens, chers amis,
  Je m'adresse à vous en ce début d'année comme je le fais aussi au moment de la rentrée scolaire. Plus qu'une tradition, il m'apparaît nécessaire, en tant qu'élue comme en tant que responsable associative, de rendre compte de l'action que je mène avec constance à votre service et pour le bien commun.   En ‪ce 7 janvier‬, comment ne pas avoir une pensée émue pour celles et ceux qui sont tombés, victimes du terrorisme lâche et barbare qui a encore durement touché notre pays au cours de cette année. Pour beaucoup de Français, 2016 fut une année morose. La crise économique, les difficultés financières, la désillusion pour le monde politique, le sentiment que le monde ne tourne pas rond et que nous n'avons pas d'emprise pour le changer... tous ces éléments concourent à une perte de confiance en l'avenir. // Face à l'adversité, je suis de celles qui redoublent d'énergie ! Car il est aussi un autre visage de notre société dont on nous parle trop peu. Nous vivons dans un pays riche de personnes qui s'engagent avec sincérité et fraternité au service des autres. Je pense à ces centaines de milliers bénévoles associatifs, aux personnels de santé, aux pompiers, aux enseignants... et à ceux qui assurent notre sécurité Nous vivons dans un pays où se multiplient les initiatives et les expérimentations, menées  par des citoyens impliqués et motivés, pour améliorer le lien social, renforcer les échanges entre générations, mieux protéger notre environnement et notre cadre de vie... Nous vivons dans un pays où de très nombreux jeunes entreprennent, créent pour prendre leur destin en main en fondant leur petite entreprise ou en se mettant à leur compte pour contrecarrer un marché du travail où ils peinent à trouver leur place. Nos villes, nos agglomérations, notre pays sont forts de toutes ces énergies positives qui ne demandent qu'à être soutenues pour constituer une société plus généreuse, plus responsable, plus harmonieuse. Une militante du quotidien ! // Pour ma part, je suis impliquée dans ma ville en tant qu'élue, en me rendant disponible pour ceux qui ont besoin d'aide et en soutenant les initiatives citoyennes qui contribuent à améliorer la vie locale. Depuis plus de 9 ans j'ai œuvré comme conseillère municipale et conseillère communautaire pour résoudre des problèmes du quotidien (circulation, stationnement, accès pour tous à l'école et à la cantine...) tout en soutenant le projet d'un développement durable de notre ville, de notre agglomération, pour plus de justice sociale, l'essor de l'emploi local et la protection de notre environnement. Je le fais avec le soucis constant de l'intérêt général et en me gardant bien des querelles politiques stériles et des enfantillages qui dégoûtent un peu plus chaque jour nos concitoyens d'aller voter. Face à la crise démocratique que nous vivons, marquée par une forte abstention et une tentation pour le vote de défiance, il est pourtant essentiel de repenser le lien entre élus et citoyens. La démocratie représentative semble en panne et bon nombre de nos concitoyens ne se reconnaissent plus dans ceux qui sont censés s'exprimer en leur nom dans les instances démocratiques et soutenir les initiatives citoyennes locales. 2017 sera marquée par le renouvellement des plus hautes instances de notre pays : la présidence de la République, l'Assemblée Nationale et le Sénat. Ces échéances peuvent mener au populisme comme on l'a vu aux États-Unis, en Grande Bretagne avec le Brexit ou encore en Autriche où l'extrême droite a frôlé l'accession au pouvoir suprême. Pour ma part, je me battrai de toutes mes forces contre les idées faciles qui proposent le repli sur soi et le rejet de l'autre comme solution aux maux de notre société. Se replier sur soi-même n'a jamais rendu les gens heureux ! Et regardez comme ils sont tristes ceux qui vont voter FN juste pour le plaisir futile de mettre un coup de pied dans la fourmilière. On ne construit rien de bon et de paisible sur le principe de l'exclusion. Je militerai avec la même vigueur contre la Droite de François Fillon qui a organisé sa campagne des primaires en s'appuyant sur les réseaux les plus archaïques de notre pays. Sa conception d'une économie ultralibérale qui considère que la société, l'Etat, les services publics, la solidarité sont des freins à la réussite individuelle est à l'opposé de la mienne. Durant l'année qui s'ouvre, comme élue locale, je m'impliquerai avec détermination dans les futures échéances législatives pour faire prévaloir la vision d'une société plus juste, plus fraternelle, plus solidaire. Je sais, au travers de mes échanges avec vous lors de mes actions de terrain ou des discussions que nous avons au hasard des rencontres du quotidien, que les habitants de notre circonscription veulent être dignement représentés à l'Assemblée Nationale. Ils souhaitent donner leur confiance à des gens qui assument pleinement leur mandat, en agissant avec constance et dévouement au service des autres. Ils souhaitent des élus disponibles, attentifs et persévérants pour apporter des solutions ou des réponses concrètes à leurs attentes et les soutenir dans leurs projets. Ils souhaitent aussi que les femmes possèdent une place plus importante dans la vie locale pour mieux représenter la diversité et les sensibilités de notre société. L'éducation, la clé de voûte d'une société plus juste ! Vous le savez, depuis plus de 10 ans, je suis impliquée en tant que représentante de parents d'élèves. Tout d'abord au sein d'un conseil local, puis comme présidente départementale de la plus grande association de parents et à l'échelle nationale en charge des questions sociales. Dans ce cadre, j'interviens dans les différentes instances de l'Education Nationale pour faire entendre la voix des parents et défendre l'intérêt des enfants, concrétisant le principe de co-éducation qui associe les familles, les personnels et les enseignants. De nombreux efforts ont été réalisés ces dernières années pour améliorer notre système éducatif et le rendre plus en phase avec les évolutions de notre société. Ces améliorations doivent assurément être intensifiées. J'ai la conviction profonde que l'éducation est le socle sur lequel doit se bâtir une société respectueuse, harmonieuse, épanouissante pour chacun et pour tous à la fois. Je crois dans la force du collectif et des valeurs de Liberté, d'Egalité, de Fraternité inscrites au fronton des écoles. Je veux que l'école offre à chacun sa chance de développer ses facultés et d'acquérir des connaissances tout en devenant un citoyen éclairé ! Puisque c'est la période des vœux, permettez moi de vous souhaiter confiance en l'avenir, le vôtre et celui de vos enfants ou de vos petits enfants. Je veux partager avec vous mon optimisme et ma conviction en la possibilité d'une société plus juste, plus sereine. Pour cela, il faut l'implication de tous dans la vie locale, chacun en fonction de ses disponibilités, de ses compétences, de ses aspirations... c'est à cette condition que nous revigorerons notre vie démocratique et redonnerons du sens à la communauté de vie que nous représentons. Je veux partager avec vous ma joie d'œuvrer bénévolement et en équipe pour le bien commun et la construction d'une vie meilleure. Bonne Année 2017 à toutes et à tous !       Carla DUGAULT  
>> Lire la suite

Pourquoi la privatisation de la cantine est une erreur ! (mar., 03 mai 2016)
NON à la Privatisation de la cantine à Corbeil-Essonnes ! Déjà le 15 novembre dernier, lors de la présentation de la délibération pour statuer sur le lancement de la DSP, les élus de l’opposition avaient voté CONTRE. Nous n’avons pas changé d’avis M. le Maire. Comment pouvez-vous confier au privé un secteur aussi important qu’est la cantine scolaire ? La ville a tout son rôle à jouer dans le domaine de l’éducation. L’école c’est la République ! Vous la délaisser en agissant ainsi ! Nous sommes contre car la ville ne fera pas d'économie si on considère le coût global d'un repas ! Vous présentez un compte d'exploitation de la société Sodexo. Il suffit de diviser le coût global annuel par le nombre de repas pour se rendre compte que l'entreprise ne rentre pas dans ses frais avec des repas dont le coût de revient est réellement de 5,09€ alors que la grande majorité des tarifs actuels sont inférieurs à ce chiffre ? Comment est ce possible ?  Pouvez-vous nous dire M. le Maire, quel est actuellement le coût total du repas pour la municipalité ? Et quel sera-t-il avec la DSP ? Monsieur le maire, si vous voulez faire la preuve que la ville va faire des économies, il faut nous transmettre ces informations qui ne figurent pas dans votre dossier ! Il y a de quoi douter davantage quand on constate dans la DSP que la commune conserve à sa charge 17 éléments dont le renouvellement immobilier et l’énergie (électricité, eau, gaz…) … où est l’économie globale pour la ville ? Nous sommes contre car vous n'apportez aucune garantie sur le reclassement du personnel ! : aucunes précisions à long terme ni à court d’ailleurs pour l’avenir du personnel cantine, notamment pour les contractuels qui sont dans l'incertitude la plus totale ! Des entretiens individuels devaient se faire qu’en est-il ? Comment pouvez-vous M. le Maire présenté une délibération alors même que l’avenir du personnel cantine n’est pas fixé ? Oui je sais vous avez l’habitude de « nous faire voter et ensuite on verra ». Nous sommes contre car votre politique de développement durable est une tartuferie ! : les repas sont confectionnés à Dreux, soit à plus de 100 km de Corbeil-Essonnes. Le bilan carbone de votre décision est catastrophique ! Quand aux 20% de bio dans les assiettes ou l'augmentation des produits frais : la DSP prévoit qu'elle aura pour conséquence une augmentation des tarifs ! Permettez moi de douter de la pertinence du choix de la société  SODEXO qui a déjà en charge la confection des repas et dont le bilan est plutôt inquiétant : bouts de verre dans les repas, intoxication de 4 enfants, quantités minimales : beaucoup d’enfants ont faim à la fin des repas… Monsieur le maire, privatiser le service de restauration municipale est le reflet de votre vision dogmatique de la gestion des services publiques. Vous n'avez de cesse de transférer votre responsabilité aux sociétés privées pour transformer la gestion et les frais de personnels en frais de prestations extérieures ! Monsieur le maire, d'autres solutions sont possibles ! Des solutions compatibles avec la réalisations d'économies, l'amélioration de la qualité des repas, la proximité de l'approvisionnement et une gestion plus humaine des personnels municipaux. Puisque je découvre avec joie que vous êtes devenu depuis peu un fervent partisan de l'intercommunalité et que vous en appréciez le fonctionnement collégial, je vous invite à vous inspiré de vos voisins. Ils sont nombreux à avoir fait le choix d'une cuisine centrale sur place maîtrisant ainsi tous les aspects de la restauration dans l'intérêt des habitants. Vous pourriez même être innovant et imaginatif pour une fois en proposant la mutualisation de ce service avec d'autres villes voisines ! Vous pourriez ainsi faire des économies sans engraisser un grand groupe privé ! //
>> Lire la suite

Faut qu'ça change à Corbeil-Essonnes ! (mer., 03 févr. 2016)
        En mars 2015, je lançais un appel à toutes les bonnes volontés pour que ça change vraiment à Corbeil-Essonnes !   Il y a, en effet, tant à faire pour améliorer le logement, pour développer l’emploi local, pour renforcer les liens entre les habitants, pour investir le champ des expérimentations sociales, inventer un mode de vie plus convivial, plus fraternel, plus respectueux de notre environnement et de chacun, pour redonner toutes ses capacités à l’école de la République.   Je m’adressais à vous tous, peuple de gauche, écologistes, militants et citoyens sincèrement attachés aux valeurs du progrès social, de générosité, de solidarité. Car nous avons la responsabilité de construire pour nos enfants un horizon meilleur à Corbeil-Essonnes ! Nous en sommes capables ensemble. Nous avons suffisamment d’énergies, de talents, d’intelligence collective pour en poser les fondations.   Nous étions alors 500, nous sommes 1000 aujourd'hui ! Vous pouvez compter sur moi, sur nous, nous allons poursuivre concrètement notre action locale !   Rejoignez-nous sur Facebook dans le groupe "faut qu'ça change à Corbeil-Essonnes !" //
>> Lire la suite

1450306_247350658758687_1115479988_n
1474399_10202648998372935_1646529270_n
10176139_282722488554837_120348909_n
525290_207717759353042_378823562_n
4165_1172499909594_7493111_n
936998_454709261281596_1555645288_n
10009856_10203279729176608_60459608_n
1604435_10202005759998925_573912569_n
6679_10201061832730734_97823770_n
61739_10200550311542873_16006632_n
253969_2114902313316_5763620_n
CD1

Inscrivez-vous